Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 00:00

imagesCAVWP0JB.jpgEncore une histoire vraie, relatée avec humour ( il vaut mieux), sur le mode du sketch bien connu de Jean Marie BIGARD.

Il y a actuellement  en France environ  3,3 millions de chômeurs, dont 80 000 à 90 000 perdent leurs droits tous les mois.

Pourquoi une PME dans la conjoncture actuelle, prendrait le risque d'embaucher un de ces chômeurs en fin de droits ?

Bon, ADMETTONS que le chef d'entreprise veuille quand même le faire, il faut être un peu fou, mais ADMETTONS, qu'il se lance quand même.

Comme il souhaite bénéficier des aides de l'Etat portant sur un allégement des charges sociales, première démarche, il contacte Pôle Emploi.

ADMETTONS qu'il ait vraiment beaucoup de temps libre, pour patienter au téléphone, passer les menus de sélection, pour finalement s'entendre dire que tous les conseillers sont occupés et qu'il vaut mieux rappeler ultérieurement .

 ADMETTONS qu'il persévère et qu' à la xième tentative, il obtienne enfin un contact. 

Que lui dit on ?

"Votre siège est à PARIS et vous embauchez sur un bureau de Province, il faut contacter le bureau Pôle Emploi dont dépend votre siège et pas celui dont dépend votre futur employé"

ADMETTONS  que ce chef d'entreprise, qui décidemment, a vraiment  du temps de libre, recommence avec les mêmes dificultés à tenter de recontacter l' autre agence de Pôle Emploi et résiste psycologiquement au même scénario. 

Enfin au bout d'une bonne heure et demi, il obtient un conseiller, qui lui donne les éléments du dossier ,mais lui dit que la demande doit être faite sur place en sa présence et celle du salarié. Sauf que le salarié doit être embauché sur BORDEAUX et que le siège est à PARIS........ Il faut donc pour l'embaucher payer au salarié un aller retour BORDEAUX/PARIS  pour une signature ?

ADMETTONS que ce chef d'entreprise qui  a toujours du temps à perdre et un certain talent de persuasion, arrive à obtenir, après négociation et argumentation,à titre  exceptionnel, qu'on lui envoie le document à BORDEAUX où il  se trouve en présence du futur employé dans le bureau de province.OUF ! Un responsable du Pôle Emploi a débloqué la situation.

Certains pourraient croire que notre" chauve souris " va sonner à la porte.

Hé bien non, de fait ,elle est encore dans l'ascenceur.....

Deuxième démarche : notre chef d'entreprise doit maintenant déclarer son embauche à l'URSSAF, et aux autres organismes sociaux. Bonne surprise l'URSSAF offre en ligne un guichet unique qui permet de faire une seule déclaration (la DPAE) qui est dispatchée aux autres organismes. Se souvenant  d'une galère précédente proche de celle venant de se passer  avec Pôle Emploi, voilà notre chef d'entreprise, recrachant son cachet de tranxène, qui remplit le document en ligne.

Tout va bien jusqu'à un menu déroulant qui propose une vingtaine d'organismes de médecine du travail, mais bien sûr

tous à PARIS et.......pas de case  "autres "  pour proposer un organisme bordelais. Bien évidemment , cette non réponse est bloquante et ne permet pas de valider la déclaration !

ADMETTONS notre chef d'entreprise, restant incorrigiblement optimiste, et ne voulant pas de nouveau encore galérer au téléphone, voit dans le site URSSAF, une boîte de messagerie dédiée, lui permettant de demander comment faire pour contourner ce blocage.

Le voilà tout ragaillardi, qui pose sa question. Formidable! Il a un accusé de réception immédiat qui lui dit qu'on va lui répondre.

Las trois fois hélas, pendant toute la semaine qui  suit, la consultation  journalière de la messagerie URSSAF dédiée, lui répond toujours : " en cours"......!

Il décide donc de choisir   au hasard un organisme parisien, et çà marche. 

ADMETTONS  que doué d'une grande  capacité de résistance à l'énervement et n'ayant décidemment  vraiment rien à faire de la journée, il décide de parler coûte que coûte à un conseiller de l'URSSAF, pour évoquer ce problème et surtout être certain que sa déclaration a bien été enregistrée

Il décide  alors  de passer le temps qu'il faudra, mais qu'il finira  enfin par parler à quelqu'un.

Après beaucoup de temps,et beaucoup de "tous nos conseillers sont occupés , merci de rappeler ultérieurement", enfin il entend une petite voix, qui lui dit : " c"est bon comme cela, on modifiera plus tard, car notre informatique est en panne pour une durée indéterminée....." 

ADMETTONS que notre chef d'entreprise ait résisté à tout cela,et donc validé son embauche, combien de futurs employeurs iront jusqu'au bout de cette démarche? Je ne sais pas pour vous , mais moi ça me fait peur !        

       

Partager cet article

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article

commentaires

windows 7 problems 10/10/2014 14:39

This is really funny and mainly this is all based on the cartoon aof the Jean Marie Bigard. He has portrayed the people who try to receive the aid from the government a bit freaky. Who else will hire the unemployed majority for a bit of favor from the government.

Présentation

  • : Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • : répondre gratuitement aux questions que se posent les nouveaux créateurs d'entreprises pour les aider dans leur activité
  • Contact

Profil

  • le banquier entrepreneur
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant  d'une belle PME,  ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre 
pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs  et dirigeants d'entreprises .
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant d'une belle PME, ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs et dirigeants d'entreprises .

Recherche