Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 10:37

triple ATout d'abord pas de panique, l'écho médiatique est disproportionné par rapport à la réalité économique. Depuis plusieurs mois les médias nous innondent d'avis et de prévisions sur ce fameux triple A de la France et des autres pays.

Cela devient un sujet de conversation courante, comme la grippe ou une épidémie de gastro-entérite,  mais probablement plus de 90% de la population, découvre cette notation et l'existence des agences qui distribuent ces bons ou mauvais points. Pourtant rien de neuf, ces organismes existent depuis la crise de 1929, et pratiquement sous leur forme actuelle, depuis 1970, elles font partie du quotidien des professionnels de la finance et des grandes entreprises. Une anecdote : un sympathique grand père de mon entourage terriblement inquiet pour ses économies, me demandait à Noël, ce que j'en pensais et ce qu'il fallait faire pour les préserver; je lui ai posé la question suivante: c'est quoi pour vous ce triple A ?. 

 Sa réponse, non dénuée de bon sens, illustre bien la situation :" çà doit être  pour l'économie une note  comme il y a maintenant sur les appareils ménagés et les voitures" .....!

Revenons plus sérieusement aux conséquences pour les entreprises.  Il y en aura deux principales : la plus évidente,

dont on parle énormément,mais paradoxalement, la moins gênante, c' est l'augmentation du coût du crédit. En effet

les prévisions les plus réalistes estiment que cela pourrait aller de 0.20 à 1%. Faisons les comptes sur  10 000€ empruntés sur un an cela représente à 1%,  100€ !!! Désagréable, certes ,mais pas de nature à vous faire déposer le bilan.  

La seconde conséquence sera plus discrète mais malheureusement plus impactante , la réduction  du nombre et des montants des crédits accordés par les banques. En effet les banques détenant toutes une grande partie des dettes souveraines des pays européens, leurs notes vont probablement  être, elles aussi, dégradées. Pour éviter cela, elles devront comme les gouvernements, mettre en place une politique de rigueur pour améliorer leur bilan, et pour elles ,cela veut dire, prendre encore moins de risques, donc une sélection drastique des crédits accordés. Cela sera insidieux

mais fortement destructeur pour la création et la gestion d' entreprises.      

Partager cet article

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article

commentaires

RIRI 14/01/2012 16:19

Bravo, dans tous les cas ce ne sont pas les Madoff qui vont nous apprendre la musique, et nous faire la morale. Je me marre quand ils exigent de notre part des fonds propres qu'ils n'ont plus ou
prou dans leur propre structure.Messieurs les banquiers , trop c'est trop, vous allez payer bientôt le prix de vos propres vicissitudes. HI HI HI

Présentation

  • : Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • : répondre gratuitement aux questions que se posent les nouveaux créateurs d'entreprises pour les aider dans leur activité
  • Contact

Profil

  • le banquier entrepreneur
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant  d'une belle PME,  ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre 
pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs  et dirigeants d'entreprises .
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant d'une belle PME, ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs et dirigeants d'entreprises .

Recherche