Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 00:00

imagesCATBVDLS emp1De plus en plus les journaux financiers commencent à parler des obligations d'entreprises. Pourquoi ?

Eh bien ! par défaut : parce que les obligations souveraines (obligations d'Etat) ont perdu  beaucoup de leur attrait  :

la sécurité et le rendement.

En effet, la crise a fait comprendre qu'un Etat pouvait faire défaut (cf la situation de la Grèce) et à contrario, les taux offerts par les Etats solides ne présentent plus beaucoup d'intérêt car ils offrent des rémunérations entre 1 et 3% (taux des obligations allemandes 1,6% à 10 ans). D'où ce regain d'intérêt vers les obligations d'entreprises françaises et européennes dont les taux proposés peuvent aller jusqu'à 7%.

Mais bien sûr , on ne parle que des grandes sociétés et on oculte complètement que cette possibilité d' émettre  des obligations ne leur est pas réservée  et qu' une PME/ETI  peut aussi le faire.
Cela peut paraître surprenant ,mais une simple SARL peut, sous certaines conditions, émettre un emprunt obligataire exactement comme une grande entreprise du CAC 40.

La seconde surprise, c'est que ces conditions requises pour lancer cette émission sont nettement moins contraignantes qu'on pourrait le penser.

Alors pourquoi si peu d'information sur ce sujet ?

Certainement pour trois raisons principales :

- la première, comme toujours c'est que les journaux financiers ne s'occupent guère de ce qui se passent chez les PME/ETI, ce n'est pas assez  "vendeur", et donc pas grand public.

- la seconde  c'est que les banques pourraient y voir une concurrence, sur leur terrain de chasse le plus fertile : le financement des PME/PMI. C'est là où elles se sentent les plus fortes et engrangent leurs meilleures marges. C'est aussi le terrain de prédilection des produits de défiscalisation qu'elles distribuent comme les FCPI ( Fonds Commun de Placement dans l'Innovation) ou les FIP( Fonds d'Investissement  de Proximité), où là encore d'importants frais de commercialisation sont perçus.   

- la troisième,c'est que c'est toujours du cas par cas et qu'il peut sembler difficile de mettre cela en place et  de bien apprécier  le risque couru par le souscripteur.

Eh bien c'est justement cette dernière idée reçue qu'il  faut corriger, la comparaison la plus évidente est à faire avec un FIP

Le chef d'entreprise  peut faire appel pour le montage de son dossier à un expert comptable ou à un conseiller de Gestion de Patrimoine expérimenté sur le sujet .L'investisseur pourra,  en plus des données financières, aller sur place  voir l'entreprise, rencontrer son dirigeant,  négocier des garanties. 

Voilà certainement   un mode de financement des PME/ETI qui mérite d'être mieux connu.

Ce blog étant à votre service,vous pouvez obtenir des renseignements complémentaires en posant vos questions dans la fenêtre "CONTACT"    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Lucas 09/06/2015 15:33

L'affacturage pour PME a très bien fonctionné dans mon entreprise ! Je ne peux que recommander son utilisation pour alléger la trésorerie.

le Banquier Entrepreneur 09/06/2015 16:41

Merci LUCAS,pour votre commentaire et le partage de votre expérience.

Jean Paul 10/02/2015 09:59

Merci pour cet article ! Que pensez-vous de l'opportunité pour les TPE / PME de recourir à une société d'affacturage ? Certains en parlent dans vos commentaires.

Jan Paul 24/02/2015 12:50

Merci pour la qualité de votre réponse.

le Banquier Entrepreneur 13/02/2015 07:47

Merci pour votre marque d'intérêt.Je pense que l'affacturage, même si son coût est un peu élevé est une bonne solution, notamment par rapport à l'escompte,car cela augmente l'indépendance de la PME/PMI par rapport à sa banque.En effet surtout si la société, comme c'est courant dispose dans la même banque d'un découvert et d'une ligne d'escompte,il faut prendre en compte que le banquier , parfois pour des raisons de politique générale de son Etablissement peut être amené à réduire voire annuler ces deux autorisations.Il n' a comme obligation légale que de prévenir son client par un courrier en RAR lui laissant un délai de 30 jours pour le découvert et 60 jours pour l'escompte.Voilà donc une grande fragilité pour la PME/PMI, la bonne stratégie serait d'avoir donc 2 interlocuteurs, la banque pour le découvert , et une société d'affacturage pour remplacer l'escompte.

assurance sofinco 10/02/2015 09:56

Article très instructif. Je connaissais peu ces obligations d'entreprise et je suis plus éclairé dorénavant. Merci et bonne continuation pour votre blog

Gaëlle 30/06/2014 15:42

L'affacturage est une bonne solution pour les entreprises dépendantes de leur trésorerie qui veulent se prémunir contre les incidents de paiement !

Affacturage 25/07/2013 14:39

Merci,c'est une bonne idée !!!

Sandrine 12/02/2013 14:56

Bonne continuation pour le blog qui est très instructif.

le banquier entrepreneur 13/02/2013 17:50



Merci Sandrine pour ce sympathique commentaire  



Présentation

  • : Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • : répondre gratuitement aux questions que se posent les nouveaux créateurs d'entreprises pour les aider dans leur activité
  • Contact

Profil

  • le banquier entrepreneur
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant  d'une belle PME,  ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre 
pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs  et dirigeants d'entreprises .
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant d'une belle PME, ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs et dirigeants d'entreprises .

Recherche