Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:00

Enfin une bonne nouvelle, pour les PME/PMI ! Hier soir, le Parlement a voté la création de cette  banque destinée à aider les entreprises. Elle sera opérationnelle dès janvier 2013 et va disposer d'une force de frappe de 40 milliards d'euros.

Comment peut-elle être opérationnelle si rapidement ?

De fait, c'est le regroupement de 3 établissements financiers existants déjà : Oseo, la CDC Entreprises et le Fonds Stratégique d'investissement.

Alors pourquoi est-ce une bonne nouvelle?

C'est  parce que ce regroupement va fortement faciliter les démarches des entreprises avec  un guichet unique par région.

Les 40 milliards alloués vont être répartis de la manière suivante : la moitié pour des prêts directs aux entreprises,

un quart pour donner des garanties de prêts et l'autre quart pour investir directement en renforcement de fonds propres.

Pour l'instant, il reste encore à préciser les conditions de recevabilité des dossiers mais la ligne stratégique est déjà connue : seront favorisées les PME innovantes, exportatrices, celles qui travaillent les secteurs d'avenir comme le numérique, les énergies renouvelables, l'économie sociale.

La décision de la décentralisation au niveau des régions est un sujet de controverses, les "pour" y voient un gage de proximité donc de meilleure appréciation des situations et une plus grande rapidité de décision, les"contre" un risque de clientélisme local, donc d'un possible favoritisme par manque d'objectivité.

Rien n'est parfait ... et c'est en marchant qu'on avance, donc pour l'instant, saluons cette bonne nouvelle, elles sont si  rares actuellement.

Nous suivrons en détail la mise en place  de cette  Banque Publique (BPI) pour donner  le plus rapidement possible des informations sur les conditions de recevabilité des demandes des entreprises

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:00

DSC02470.jpg

                    Un petit moment d'humour !!

 

Alors que le gouvernement nous annonce déjà  une année 2013 difficile, voire même les années suivantes, le hasard a voulu qu'aujourd'hui à CAGNES sur MER (06) ces panneaux de signalisation me flashent.......

 

Cette photo  a été réalisée  de suite, sans aucun trucage. 

Le signe en haut à gauche sur fond bleu, n' a rien de cabalistique, nous ne sommes  pas à BUGARACH, mais sur la French Riviera.

 

La  vérité est  bien  inscrite  là : le message indique clairement que les Finances Publiques sont dans l'impasse !

 

En plus cela ne s'invente pas , l'impasse en question est la rue de PARIS. L'endroit où tout ce décide.

 Alors est-ce bien encore raisonnable de s'engager dans une voie sans issue pour y déposer de l'argent ?

 

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 00:00

                                                                      imagesCA2BP13E                                                               

                Une petite modification qui rend le design un peu plus actuel.         

                Et...l'occasion d 'une citation d'actualité économique sur le changement  :  

 

   "Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la   nécessité que dans la crise " 

         Citation de Jean Monnet  dont sa vision politique sur l'Europe est toujours d'actualité, car il disait aussi :   

          " Nous ne coalisons pas les Etats, nous rassemblons les hommes" 

 Déjà un choix d'une Europe fédérale qui lui a valu bien des critiques à l'époque.  

 

      

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 00:00

 DSC02457                                                                           Voilà une idée mise en oeuvre, par une journée de pluie  en décembre 2011, qui a fait son petit chemin.

91 articles publiés et  le seuil de 30 000 pages lues franchi il y a quelques jours.

Face à une demande de plus en plus importante d' échanges de liens provenant de blogs d'entreprises,  j'ai le plaisir d'annoncer la création aujourd'hui d'une communauté intitulée : le blog des blogs d'entreprise.

Contrairement au blog actuel qui continuera ses publications dans le même esprit d'indépendance, donc à l'écart d'échange de liens commerciaux, cette communauté est ouverte à tous les blogs d'entreprise qui souhaiteront communiquer et échanger.

Comme il faut bien commencer par  amorcer l'audience de ce nouveau blog, je viens d'y publier, les dix articles du blog actuel qui continuent régulièrement à être les plus consultés.

 

Ce nouveau blog va déjà bénéficier de l'audience du  blog actuel et vos participations augmenteront sa notoriété dans l'intérêt général. Donc bien venu à tous, le blog des blogs d'entreprise attend vos articles. 

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 00:00

                                                                                                      imagesCAT5LR16 HFDepuis de nombreux mois et plus particulièrement depuis le début de ce trimestre les salariés des hauts fourneaux de FLORANGE sont à la une de tous les médias. Cet  article n' a pas pour but de critiquer,  loin de là, leur action qui est tout à fait légitime mais simplement de remettre un peu la réalité en perspective.

Le dernier accord entre le gouvernement et Mr Lakshmi MITTAL n'est probablement pas non plus  une solution pérenne pour ces salariés.

Mais combien sont ils exactement ?  629  sur les 2 600 salariés que compte le site et qui, pour l'instant, ne sont  pas chômeurs et touchent donc régulièrement leur salaire.

 

Il est bon de les comparer  aux  23 900 chômeurs enregistrés au mois d'Août par Pôle Emploi, suivis de  46 900 en Septembre et  45 400 en Octobre.

De ceux là, on en a parlé dans les médias à chaque fois deux jours en moyenne, la veille du jour de l'annonce officielle pour dire que le chiffre ne sera pas bon et lendemain pour annoncer ce mauvais chiffre.

Mais d' où viennent ils ? Quelques plans sociaux  de quelques grandes entreprises mais l'immense majorité des petites et moyennes entreprises, des commerçants et artisans, qui après avoir tout essayé, se sont résignés à licencier.

Ces chômeurs-là doivent se sentir bien abandonnés. Pourquoi ne parle t' on pas plus d'eux, et de leurs patrons qui ont couru vainement après les crédits bancaires  et  les aides de l'Etat.

Pour très bien connaître la région lorraine et sa sidérurgie, comme les gens du coin, je peux vous dire que le problème est posé depuis plus de trente ans déjà.

En effet, dès le début des années 70, des plans sociaux se mettaient déjà en place,avec des incitations financières  soit pour  partir à la retraite anticipée, soit pour se délocaliser sur FOS sur MER.

Tiens pourquoi cette destination ? Hé bien parce que déjà à l'époque, il y a 30 ans,  il semblait logique économiquement de rapprocher la sidérurgie d'un port, pour éviter  le coût du  transport du minerai de fer et du charbon.

Trente plus tard, on fait toujours le même constat. Bravo, belle gestion d'entreprise !! 

Et puis que dire des nombreuses aides de l'Etat , pas toujours à bon escient, et de la période de gestion pour le moins contestée et constestable  par la famille De Wendel avec à sa tête le Baron Ernest  Antoine SELLIERE l'ex patron des patrons. Une gestion plus  intéressée par le profit financier immédiat à court terme que par une politique d'investissement pour l'avenir, ajoutant à cela, à terme une délocalisation  des sociétés du groupe familial,à quelques kms, dans le paradis fiscal luxembourgeois. 
Quel gâchis! 

Face à cette surmédiatisation autour de 629 personnes,  à contrario quel silence assourdissant  pour les  dizaines de milliers de salariés qui perdent leur emploi tous les mois et  les difficultés  des petites et moyennes entreprises qui sont contraintes de les licencier.

Allez terminons par une note optimiste, en 2014 les survivantes auront une aide fiscale pour améliorer leur compétitivité...  

        

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 00:00

                                                                                                     imagesCABDV673 forceJ'ai déjà publié dans ce blog plusieurs articles sur les difficultés de réussir une action commerciale percutante. Ils ont  une forte audience, ce qui prouve si besoin était, que c'est une problématique  forte,  qui devient cruciale en période de  crise économique. Les sujets abordés étaient : la prospection, la fidélisation, le recrutement.

Je viens d'être contacté par un chef d'entreprise qui a eu l'excellente  idée de construire en 20 pages un document  synthétique de référence sur l'activité commerciale. Nous avons échangé sur le sujet et je partage totalement son approche.

Comme c'est l'usage sur ce blog, voici l'intégralité de son témoignage :

 

" Nous sommes deux associés et avons lancé notre entreprise en 2011 à PARIS. Nous sommes partis du principe que le métier du commercial était un des métiers le plus dur qu'il soit (!) et qu'il était grand temps de changer tout cela : que les commerciaux soient plus performants, perdent moins de temps dans les tâches annexes (comme trouver des leads ou chercher de l'information sur leurs prospects sur Google ou Viadéo) et se concentrent sur l'essentiel : signer le plus de deals, plus rapidement.

Les médias sociaux et les news sont une source immense d'information,où chacun se perd, mais qui permet de trouver de l'information critique sur ses comptes : trouver les décideurs à prospecter dans mon réseau. Etre  alerté quand un concurrent prend contact  avec mon client. Savoir quand un de mes partenaires prospecte un compte  intéressant pour moi. Etre alerté quand un de mes prospects s'exprime dans la presse ou lance un nouveau produit. Nous avons développé des algorithmes pour déterminer tous ces événements commerciaux, et monté une solution qui permet  effectivement de trouver les bons décideurs, de faire un mapping de compte hyper rapidement, et d'être alerté sur toutes les nouvelles opportunités à saisir sur le marché.

Pour l'instant, ce sont principalement les commerciaux grands-comptes ( qui sont face à des enjeux complexes) qui utilisent nos services, mais aussi de plus en plus des PME ultra-performantes qui veulent aller encore plus loin dans leur efficacité commerciale.

Nous sommes aujourd'hui 12 personnes, sur Paris ,où nous traitons des demandes du monde entier. Nous ne vendons pas un logiciel, nous vendons de la performance et nous passons encore la majorité de notre temps à discuter des organisations, des méthodes et des enjeux des commerciaux pour adapter notre outil et nos alertes.

Pour illustrer les principales difficultés et challenges des commerciaux, nous venons de sortir 20 pages d'infographies :

le "Livre Blanc de l'Action Commerciale"  qui reprennent toutes les statistiques pour prendre conscience des échecs et succès des commerciaux." 

 

Nicolas Woirhaye / Co-founder

 

Chefs d'entreprises et commerciaux , voici une très  bonne opportunité de situer votre activité par rapport à une solide référence. Je vous invite donc à suivre le lien, indiqué dans la rubique " Liens " du blog, vous pourrez  télécharger gratuitement ce livre  blanc.

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 00:00

imagesCANVJI8O.jpg-taxes.jpgPetit rappel : la TVS est calculée selon deux barêmes différents :

-  tout véhicule acheté  après juin 2004 est taxé en fonction de son émission de CO²

-  tout autre véhicule mis en circulation avant juin 2004 est taxé en fonction de ses chevaux fiscaux.

Les voitures récentes étant de moins en moins polluantes, les  bons esprits verrons dans cette mesure fiscale une incitation gouvernementale à agir pour sauvegarder la planète, les esprits chagrins y verrons aussi une façon d'encourager les chefs d'entreprises à remplacer leur voitures anciennes,ce qui aidera le marché automobile qui en a bien besoin.

Sur le principe rien à redire, les plus grosses voitures, soit émettent plus de CO², soit ont plus de chevaux fiscaux, elles dépassent souvent le besoin d'utilisation normale de l'entreprise, donc si le chef d'entreprise se fait un peu plaisir, il est juste qu'en contre partie de l'avantage fiscal que lui donne la possibilité d'amortissement, cette taxe vienne en quelque sorte rétablir une situation plus cohérente sur le plan économique.

Où cela ne va plus du tout, c'est quand pour cette année 2012, le barême appliqué aux voitures achetées depuis 2004, ne change pas, mais par contre très discrétement  le second calculé sur les chevaux fiscaux évolue à la hausse.

Les montants à payer par tranches restent inchangés, mais par contre chaque tranche perd  un cheval fiscal.

En plus clair si sur l'année 2011, vous aviez une voiture de  4CV votre TVS   était de  750, elle passe à 1400€ en 2012, pour une 7CV de 1400 à 3000€, une 10CV de 3000 à 3600€, pour mémoire pour une 15CV de 3600 à 4500€.

Il ne vous échappera pas que les hausses sont proportionnellement  plus importantes sur les cylindrées les plus petites, donc les plus nombreuses.

Malus supplémentaire : l'exonération de taxe pour les voitures de plus de 10ans est également supprimée en 2012. 

Qui restent propriétaires de ces "vieilles voitures'" probablement  pas des entreprises super florissantes, mais plus certainement  des PME/PMI qui  chassent les coûts pour sauvegarder leur résultat, voire leur activité.

Cette augmentation venant s'ajouter à celle de  la nouvelle taxe remplaçant la taxe professionnelle (cf  l'article précédent),

cela commence vraiment à faire beaucoup,beaucoup trop !!   

Notre Gouvernement  communique largement sur des mesures "à venir " pour relancer la compétitivité des entreprises en allégeant  un peu leur charges mais  discrétement, dès maintenant il augmente les taxes pesant de fait, en grande majorité, sur les PME/PMI.

Alors même si on soustrait des charges après avoir  déjà additionné des taxes, il n'est pas du tout certain que le résultat soit favorable pour l'entreprise. Et enfin dans un contexte où on nous parle régulièrement de justice sociale, pourquoi faire acte de discrimination vis-à -vis des entreprises, qui par faute de moyens  ne peuvent pas acheter des voitures récentes.

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 00:00

imagesCAIZENJQ.jpg-taxe.jpgDans de nombreuses communes, cette taxe qui remplace l'ancienne taxe professsionnelle  augmente de 40% jusqu'à 300% !! Une douche glacée pour beaucoup de petites et moyennes entreprises.

Le réflexe de beaucoup est de rendre responsable le Gouvernement actuel. Hé bien non, enfin pas sur le principe. Cest l'application d'une décision  du Gouvernement de François FILLON (loi de finance en 2010) qui instituait cette taxe (CET) en remplacement de la taxe professionnelle .A l'époque cela avait déjà fait l'objet de réclamations de la part des chefs d'entreprises, mais des explications, d'ailleurs assez complexes, avaient  été données pour dire que finalement le nouveau mécanisme mis en place ne serait guère plus pénalisant  et surtout plus juste pour ne pas gêner la compétitivité des entreprises.

Tiens des propos déjà bien  à la mode !

Et puis, comme l'année suivante aucune augmentation significative n'avait été enregistrée, tout le monde avait un peu oublié cette petite bombe à retardement.

Alors qui est  responsable ?

Aucun doute, c'est la Collectivité Locale dont vous dépendez, mais pas elle toute seule. Cette nouvelle taxe se décompose de fait, "et c'est ça la nouveauté", en  deux parties : une cotisation foncière des entreprises toujours votée par les Collectivités Locales et une cotisation sur la valeur ajoutée dégagée par les entreprises dont le taux est fixé par le Gouvernement  selon un barème progressif en fonction du chiffre d'affaires.

Les Collectivités Locales ont besoin de nouvelles ressources pour compenser la  baisse très importante des recettes qui étaient perçues sur les transactions immobilières et l'Etat  cherche désespérement  toute nouvelle recette.

Donc chacun, dans son coin, a du faire son calcul, puis l'addition a été faite et envoyée aux entreprises.

Résultat :  très mauvaise surprise !

Ce qui est extraordinaire , c'est que, soit le gouvernement actuel n' a pas été averti, soit qu'il a fait le" canard  " en pensant que cela allait passer discrétement .

En tout cas,c'est un exemple flagrant  d'un manque de concertation évident entre  le Gouvernement et les Collectivités Locales.

Pourtant le cumul des mandats n'étant pas encore aboli c'est  bien en majorité les mêmes qui sont aux commandes des deux côtés......

Quand le Gouvernement  réfléchit toujours pour décider de baisser le taux d'imposition  sur les bénéfices des PME/PMI de 33% à 30%,  voilà bien de fait un impôt "oublié", rajouté en plus cette fois sur le chiffre d'affaires et non sur le bénéfice, donc énormément plus pénalisant, car  tout le monde le paye, même ceux qui font des pertes.

Enfin soyons rasurés ( il vaut mieux en sourire),  cette part prélevée par l'Etat serait plafonnée à 3.5%........!

Voilà ce qu'on appelle "donner d'une une main pour reprendre de l'autre", sauf que pour l'instant, rien n' a encore été donné de la première main.          

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 00:00

imagesCASFJ7BJ.jpg-projo.jpgMerci à tous les lecteurs de ce blog  dont l'audience continue à  progresser régulièrement.

Cette  petite notoriété croissante a pour conséquence l'apparition de plus en plus de propositions de partenariats commerciaux, reposant à minima sur un échange de liens  sur les sites Internet.

Elles sont et seront toujours refusées, car comme cela a déjà été écrit,  ce blog revendique une indépendance totale, gage de son absolue objectivité.

Dédié en priorité aux petites et moyennes entreprises, son objectif est aussi d'être un lieu d'échange de diverses expériences d'entrepreneurs. Ne sont publiées que celles  qui présentent des caractéristiques suffisamment exemplaires pour pouvoir être utiles à une majorité. Il ne s'agit  en aucun cas de raconter des histoires, sans grand contenu comme c'est  souvent  le cas sur les réseaux sociaux.

Ce blog se veut professionnel donc pragmatique, c' est pourquoi, qu'actuellement seuls deux  articles de ce type ont été  publiés

          "Le témoignage d'un chef d'entreprise sur sa banque" ,   et       " La véritable histoire d'un vrai entrepreneur"

Il y a des histoires complexes, mais il y a aussi des  histoires simples, elles aussi exemplaires, de sociétés qui réussissent dans cette conjoncture peu facile et de ce fait  méritent un petit coup de projecteur. 

En conséquence , ce blog va maintenant publier tout aussi sélectivement  sur  certaines  de  ces entreprises, soit un article si c'est le choix du dirigeant, soit uniquement un lien vers son site pour vous inviter à le découvrir et pourquoi pas entrer en contact directement avec lui.

Le choix sera totalement arbitraire,  reposant sur des critères d'analyse comme : pertinence du projet, profil du dirigeant, solidité  financière, résultats déjà enregistrés, moyens mis en oeuvre pour le développement, contribution à la création d'emplois, compétitivité.

Si vous souhaitez que votre expérience soit publiée, prenez contact directement pour engager le dialogue en toute confidentialité, dans un premier temps au moyen de la fenêtre" CONTACT "

Attention, toutes les informations données seront analysées et vérifiées par l'ancien banquier que je suis, pour donner un gage de crédibilité total aux lecteurs. Le lien de l'entreprise choisie sera publié sur le blog, et le nombre sera limité.

La contre partie de publication du lien de ce blog  sur le site de l'entreprise publiée sera totalement exclue, pour bien prouver qu'aucun lien commercial n' a été négocié.

Voilà les rèlges du jeu sont  claires  et publiées.

Ceci étant  dit,  je peux maintenant  vous inviter à consulter le site de la première entreprise retenue :

 www.weddings-abroad-experts.com , nouveau développement de la société Events &Home Consulting, site : www.eventsandhome.com ,

Bonne visite.        

         

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 00:00

imagesCAWJAW28.jpg-ga.jpgLes mauvaises habitudes perdures : on continue en France à vouloir régler les problèmes économiques en utilisant la fiscalité. Le rapport GALLOIS préconisait une baisse immédiate des charges des entreprises pour améliorer leur compétitivité. Le gouvernement  a accepté de mettre cette mesure en oeuvre, mais il choisit la voie la moins efficace : le crédit d'impôt. Ce faisant, il a transformé le "Choc " de compétitivité en "Pacte". C'est une erreur. Avant  de voir pourquoi, analysons les raisons qui ont probablement poussé le gouvernement à faire ce choix.

Il y en a essentiellement deux :

 - Le team gouvernemental actuel connaît très mal l'entreprise et donc il ne fait pas confiance aux entrepreneurs. Alors pas question de leur donner une sorte de chèque en blanc, craignant que cet avantage ne soit pas utilisé  pour le développement, l'innovation et l'embauche, mais pour augmenter le bénéfice,donc les dividendes.

- politiquement , face à des sondages en chute, il semblait hasardeux, d'alourdir l'effort national au profit des entreprises et contrarier  l'idéologie du parti qui fait sa majorité. 

Voilà pourquoi le choix de la fiscalité a été fait pour se rassurer , et  la mise en oeuvre effective reportée à 2014 et étalée sur trois années.

Ce choix  n'est pas anodin, car chaque année , il y a une nouvelle loi de finances qui est revue, elle peut remettre en cause sans problème les dispositions précédentes. Elle est votée en fin d'année, elle  a même le privilège (et c'est la seule loi) de pouvoir  avoir un effet rétroactif, au 1er janvier de l'année en cours.

Voilà donc une stratégie de la prudence.

C'est vraiment mal connaître les chefs d'entreprises, la très grande majorité sont des gens qui ont choisi cette voie par passion, qui veulent se réaliser dans le succès de leur entreprise et font beaucoup d' efforts pour cela.

Je ne  parle pas  bien sûr des très grandes entreprises, dont celles du CAC 40.

Soyons précis ( Source INSEE), sur les 2,69 millions d'entreprises que compte la France, la répartition est la suivante :

- 217 grandes entreprises 

- 4 600 ETI  ( entreprise de taille intermédiaire)

- 131 000 PME

- et le reste soit : 2.255 millions sont des micro entreprises ( de 0 à 9 salariés) !

Voilà une vision plus réaliste du véritable tissu économique de la France. L'INSEE vient aussi de nous donner un autre chiffre, le taux de faillite des entreprises de moins de 50 salariés vient d'augmenter de 11% sur le 3è trimestre 2011.

Alors pourquoi le choix  du " pacte " est mauvais ?

Trois raisons principales :

- sur le plan international, l'effet d'annonce d'un "choc" aurait requalifié la France dans les pays dynamiques qui osent être agressifs pour rétablir leur situation. Effet positif sur les investisseurs étrangers.

- sur le plan politique, notre Président aurait certainement renforcé son image bien écornée de leader et cela n'aurait pu être que bénéfique dans nos négociations avec nos partenaires commerciaux.

-  l'impact réel pour la compétitivité des  entreprises  aurait pu être bénéfique dès 2013, et non par tiers seulement à partir de 2014. Dans le dispositif  fiscal qui va être mis en place pour le crédit d'impôt, le paramètre le plus important  pour déterminer le montant qui sera accordé sera le nombre de salariés dans l'entreprise, alors quand on sait (source INSEE), que  les 217 grandes entreprises emploient 31% de l'ensemble des salariés en France et  les 4 600 ETI 28%, donc au total 59% , c'est bien ces entreprises qui vont  récolter le maximum de cette manne fiscale. 

 

Voilà pourquoi partant d'une bonne idée, suivi d'une première bonne initiative gouvernementale une fois encore, la politique prenant le pas sur l'économique, en passant du "choc" au "pacte" l'effet escompté risque d'être  bien amoindri pour la compétitivité et l'emploi.

 

  

 

      

  

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • : répondre gratuitement aux questions que se posent les nouveaux créateurs d'entreprises pour les aider dans leur activité
  • Contact

Profil

  • le banquier entrepreneur
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant  d'une belle PME,  ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre 
pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs  et dirigeants d'entreprises .
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant d'une belle PME, ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs et dirigeants d'entreprises .

Recherche