Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 00:00

imagesCAZ313S6.jpgDans un article du 22 novembre 2012 :" Augmentation discrète de la TVS ( Taxe sur les voitures de société), je vous alertais sur cette mesure passée sous silence qui par exemple pour une voiture de 7 CV faisait passer cette taxe de 1400€ à 3000€ et sur la suppression de l'exonération de cette TVS sur les voiture de plus de 10 ans.

Un autre article du même jour : "La taxe pour la contribution foncière des entreprises flambe! Pourquoi?",expliquait que ce nouveau mode de calcul remplaçant l'ancienne Taxe Professionnelle, piloté sans grande concertation par le gouvernement et les Collectivités Locales avait fait au final exploser le montant payé par l'entreprise.  

Le 30 décembre, l'article :" Suppression du prélèvement libératoire sur les dividendes"  montrait que cette mesure assez improductive en terme de recettes pour l'Etat était plutôt idéologique et du coup plutôt vexatoire et pénalisante pour les chefs d'entreprises.

Hé bien ! complétons cela par cette nouvelle mesure tout aussi discréte mise en place au 1er janvier 2013 :

la non actualisation du barème de remboursement des frais kilométriques, alors que l'essence, les assurances, le coût de l'entretien et des réparations ont augmenté. En plus, ce barème qui était  logiquement  progressif en fonction de la puissance fiscale du véhicule vient en même temps d'être plafonné au maximum au niveau des voitures de 7 CV. 

J'ai rencontré et dialogué depuis avec plusieurs patrons de PME/PMI, dont l'entreprise était  propriétaire d'un véhicule de plus de 10ans et de 7 à 8 CV, qui se trouvaient dans une situation devenue ubuesque, où la taxe annuelle était devenue plus chère que la valeur vénale du véhicule !!!. Ceux qui en avaient les moyens ont revendu cette voiture pour en acheter une plus récente et plus modeste, les autres, ont racheté à titre personnel la voiture  pour la conserver et ont donc opté pour le remboursement des frais kilométriques.

Pas de chance les voilà rattrapés par  une fiscalité devenue plus pénalisante.

Toutes ces mesures bien discrètes, ont un impact beaucoup plus important sur les PME/PMI que sur les grandes entreprises.

Le gouvernement communique abondamment sur le Pacte National pour la Croissance, la Compétitivité et l' Emploi, notamment appuyé par la mesure phare : le CICE ( le Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi), qui dans les faits a du mal à démarrer et représente pour les PME/PMI une véritable "usine à gaz" tant sa mise en place est complexe, alors que pour les grandes entreprises disposant de  structures juridiques internes c'est beaucoup plus facile, et souvent pour d'autres c'est un véritable "effet d'aubaine".

En conclusion, nous avons d'un côté une addition de mesures fiscales discrètes, et bien pénalisantes et de l'autre côté, une communication forte sur  un dispositif complexe pas vraiment adapté aux PME/PMI.

Il y a eu les Pigeons, les Poussins, comment appeler et fédérer les centaines  de  milliers de patrons de PME/PMI, 1er employeur de France pour vraiment  faire comprendre au gouvernement que derrière les effets d'annonce, il ne fait que mettre à mal la compétitivité de ces entreprises.

Si vous avez une idée je suis preneur, en attendant  par défaut, et vraiment sans aucun plaisir je commence à étudier une possible délocalisation....car cela commence à faire beaucoup, beaucoup trop !     

     

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 00:00

imagesCA3WSGG6.jpgLes auto-entrepreneurs viennent de mettre en place un collectif sous l'appellation "Les Poussins" par analogie avec le mouvement des "Pigeons" qui était arrivé à faire reculer le gouvernement sur des mesures qui leur étaient peu favorables. 

J'ai déjà écrit plusieurs articles sur ce blog pour expliquer, chiffres officiels à l'appui, que ce statut d'auto-entrepreneur était une fausse bonne idée, surtout à cause d'une mise en place mal ficelée, dictée par une volonté de faire vite d'une part louablement, pour tenter de relancer l'envie d'entreprendre, mais aussi plus "politiquement " pour diminuer les chiffres du chômage.

Deux questions se posent :

-  le gouvernement  a-t ' il raison de vouloir réformer ce statut ? Ma réponse est clairement : OUI .

 Il devra corriger les erreurs commises au départ. Cela évitera une concurrence un peu déloyale vis-à-vis des artisans, des emplois déguisés souvent imposés à des salariés au détriment de leur protection sociale et de leur future retraite, d' encourager les chômeurs à se mettre à leur compte pour au final se retrouver dans une situation encore plus précaire.

- ce mouvement aura-t' il autant de succès que celui des  "Pigeons ? Très probablement : NON .

Les "Pigeons"  étaient des chefs d'entreprises déjà aguerris qui avaient su se fédérer en orchestrant une virulente campagne médiatique sur internet. Ils étaient majoritairement des entreprises travaillant dans l'économie numérique avec une réelle possibilité d'une délocalisation à moindre coût.

A côté d'eux les "Poussins" sont bien tendres. 

Et si on croit à la symbolique des termes, le choix même de l'appellation "Poussins" est révélatrice. Ce n'est pas une bonne idée de  communication, même si elle veut mettre en avant  une image de "débutant  sympathique"  

Le pigeon est un oiseau dont la durée de vie est d'environ 10 ans, qui est  parfaitement autonome avec une grande faculté d'adaptation à tous les milieux , ce qui lui permet de proliférer.

Le poussin est un animal fragile qui ne doit sa survie qu'a l'assistance d'une couveuse protectrice et qui finit dans la plupart des cas par être consommé en poulet au bout de 8 à 10 semaines.

Ce choix d'image qui veut utiliser l'élan suscité par les "Pigeons", illustre un certain  manque d'expérience .

Le chef de file de la contestation, Adrien SERGENT, a remis à Sylvia PINEL,  ministre de l'Artisanat, une pétition ayant recueilli 90 000 signatures .Il estime  que c'est un beau succès,car pour lui c'est près de 10% du nombre des auto-entrepreneurs existant en France. Mais quel peut être l'impact  réel et la crédibilité de cette pétition quand on sait que la moitié des auto-entrepreneurs ne déclarent aucun chiffre d'affaires et que dans l'autre moitié, 90% ont un chiffre d'affaires inférieur au SMIC. Alors qui sont ces signataires ? Ceux qui sont sur le chemin d'évoluer vers la création d'une entreprise et qui ne seront donc plus concernés par les mesures envisagées ou ceux qui rêvent encore de pouvoir le faire?  

 Il ne faut pas se tromper sur mes propos, je suis totalement favorable au statut d'auto-entrepreneur, à la condition qu'on ne dupe pas les candidats. Je pense que leurs représentants devraient saisir l'opportunité de cette contestation pour engager avec le gouvernement une véritable refonte de ce statut au regard des expériences acquises depuis quatre ans. Une des pistes de réflexion serait  peut être de proposer deux  statuts différents :

- un statut pour ceux qui  veulent exercer cette activité en complément d'un revenu de salarié ou de retraité

- un statut pour ceux qui souhaitent à court terme créer leur entreprise, et l'utilisent comme une période d'essai transitoire pour les amener à cette réalisation. 

Des différences de traitement social et fiscal pourraient alors être mises en place.  

Alors souhaitons que cette remise en cause voulue par le gouvenerment soit l'occasion d'une réflexion beaucoup plus complète sur le statut d'auto-entrepreneur.   

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 00:00

imagesCAICCU8Y.jpgVoilà un organisme public peu connu des créateurs d'entreprises et  qui se distingue particulièrement par sa définition qui peut paraître bien surprenante et  même antinomique dans le contexte actuel  :           "un financeur solidaire ".

Porteurs de projets, je vous invite à consulter le site d' ESIA Provence Côte  d'Azur  :     www.esia.org, vous serez agréablement surpris des aides techniques et financières qui peuvent vous être apportées.

 Créée en décembre 2001, le métier principal d'ESIA est  le financement de l'économie solidaire pour développer la création d'emploi, donc les dossiers retenus en priorité sont ceux qui concernent  les créations d'entreprises dans le domaine de l'économie sociale et solidaire. Mais depuis 2008, ESIA a étendu son champ d'intervention aux TPE (Très Petites Entreprises)  et à l'aide aux chômeurs voulant créer leur entreprise quelque soit le secteur d'activité.  

Quand on parle de l'économie solidaire, même si cela se développe, heureusement de plus en plus, pour beaucoup cela semble encore assez "anecdotique". Eh bien non ; quand on lit le rapport 2012 de l'activité d' ESIA Provence Côte d'Azur, c'est sur 10 ans : 30 millions d'euros de crédits injectés au profit des coopératives, associations et entreprises, qui ont générés plus de 28 000 créations d'emplois, et cela sur la Région PACA. 

Pour vous encourager à vous rendre sur le site d'ESIA, voici quelques exemples des possibilités d'intervention offertes aux TPEde la Région Provence Côte d'Azur :

- une garantie financière pour un prêt bancaire à hauteur de 65 % de son montant (montant maxi 45 000 € ), de quoi rassurer votre futur banquier !

-une garantie de même type mais réservée spécialement aux femmes créatrices d'entreprise, avec un montant supérieur  de garantie qui passe de 65% à 70% (bravo) par contre le montant  maxi est réduit  de 45 000€  à 27 000€ .

-un prêt à taux zéro allant de 1 000 à 10 000€  couplé obligatoirement à un prêt bancaire. Voilà encore de quoi rassurer votre futur banquier.

- un prêt à la création d'entreprise de 2 000 à 7 000€ 

et ce qui n'est négligeable pour un jeune créateur d'entreprise, un accompagnement  sur le montage financier de son projet  avec un suivi sur  3 ans.

Vous verrez sur ce site que le dépôt de votre dossier se fait simplement en ligne, cela prend donc peu de temps , c'est une piste à ne pas négliger au regard du petit investissement temps que cela représente par rapport au bénéfice que cela peut rapporter ,donc  à vous d'être convaincant..          

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 00:00

imagesCAXFGD6Y.jpg

Voilà une excellente nouvelle, qui nous est signalée par Marie Laure, lectrice assidue de ce blog, que je tiens à remercier.

Beaucoup  de Chambres de Commerce et d'Industrie  ont créé leur chaîne de télévision pour communiquer sur leur région, et leur diverses activités.

 Dans le contexte actuel de la communication numérique, être acteur sur ce type de support de communication ne peut que concourir à donner une image dynamique de la CCI et de sa région.

Ces diffusions sont  toutefois quand même assez confidentielles, il est difficile d'en mesurer le réel impact, et  donc  le véritable retour sur investissement.

Alors ouvrir cette chaîne TV aux entreprises de la Région est une double bonne idée.

En effet, le chef d'entreprise pourra dans une vidéo de quelques minutes qu'il aura réalisé ou fait réaliser, expliquer son activité et mettre en avant les qualités de son entreprise, et si beaucoup le font ,cela augmentera l' audience sur cette  sur cette chaîne, au bénéfice de la CCI et des entreprises.

Un vrai deal gagnant/gagnant en terme d'image et de publicité !

Alors comment procéder ? Simple : se rendre sur le site de la CCI, créer un compte, soumettre sa vidéo ou éventuellement partager l''URL  de sa vidéo, si elle est déjà existante, sur Daily Motion, You Tube ( ou autres). La CCI validera les vidéos de bonne qualité qui respectent les mentions légales du site CCI TV, puis elles seront diffusées.

Voilà encore une nouvelle fois, la preuve que dans un contexte économique difficile, si on ne baisse pas les bras, de bonnes idées peuvent germer et se mettre en place, sans un gros investissement, simplement en optimisant les moyens dont on dispose.

Souhaitons pour toutes les entreprises, que cette excellente initiative soit reprise par beaucoup de Chambre de Commerce et d'Industrie en Fance.    

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:00

imagesCAKENVM3.jpgCet article risque de surprendre en paraissant hors des sujets habituels, mais avant de le zapper, lisez-le encore un peu et vous verrez qu'il a bien sa place dans ce blog.

Pour être bien précis sur mon opinion générale :

C'était l'émission de trop, un peu bâclée, faite trop tôt après la finale de la précédente, les visuels sur lesquels le public devait se  prononcer étaient assez mal filmés. En résumé, une émission "prétexte" de la prod pour surfer une semaine de plus sur le succès et prendre encore un peu d'argent aux annonceurs publicitaires

Du côté des deux chefs, indéniablement deux vrais talents équivalents au regard de leurs performances passées.

Pourquoi féliciter Naoëlle, alors qu'elle a perdu ?

Tout d'abord parce qu'elle est tombée dans un piège :

- Jean depuis une année grâce à ses émissions avec Norbert avait pu redorer son image assez peu sympathique du départ

- les réseaux sociaux s'amusaient depuis plusieurs semaines à surenchérir sur la mise au pilori, de (dixit)  "la voleuse de crevettes".

- enfin le cours laps de temps laissé aux votes du public donnait de fait,  la priorité ces afficionanos des SMS et des TWEET, pour la grande majorité des jeunes, qui participaient déjà  à la mise mort  médiatique de Noaelle, depuis un bon moment.

Mais surtout lui dire bravo,  parcequ' elle va investir son gain de 100.000€ dans une création d'entreprise !

Il aurait été bien plus confortable pour elle de rester employée dans le Palace  Le Bristol, à la fois sur le plan financier et pour sa vie familiale.

Alors que selon les différents  sondages  entre 70 et 77% des 15-25 ans rêvent de devenir fonctionnaires , encore  BRAVO à  quelqu'un qui dès qu'il en a l'occasion quite le confort pour se lancer dans la création d'entreprise.

Notre gouvernement pourra multiplier les tentatives d'aides pour la création d'entreprises, sans grand succès tant que ce courant  vers la sécurité ne sera pas inversé.

Alors à quand sur une chaîne de TV une émission du type  "Top chefs d'entreprise"?

Un concours relatant les parcours de patrons de  PME/PMI/ETI ayant réussi et il y en a !

De fait, cela existe déjà mais d'une manière très confidentielle, car parrainé par des banques ou des journaux financiers.

Alors, messieurs les patrons de chaînes TV soyez créatifs, si la téléréalité permettait de donner un petit coup de pouce au redressement économique, voilà un challenge qui serait bien utile en redonnant aux jeunes l'envie d'entreprendre.

  

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 00:00

imagesCAICNCDW.jpgJ'ai publié de nombreux articles sur ce blog sur le statut d'Auto-entrepreneur, car c'est vraiment à la fois une bonne idée et une grande hypocrisie. Et notre gouvernement,  encore une fois réfléchit à des mesurettes qui ne répondent pas aux vraies questions.

Alors parlons franchement : selon les derniers chiffres officiels, depuis les quatre années que ce régime existe, il aurait représenté près de 56% des 2.3 millions de créations d'entreprises recensées. Voilà ce qui pourrait être présenté comme un véritable succès.Mais les mêmes sources nous disent que beaucoup ne sont pas actifs,et que dans ceux qui disent travailler, la moitié ne déclarent aucun chiffre d'affaires, et ensuite que dans ceux qui font une déclaration, dans 90% des cas, le montant déclaré est inférieur au Smic ! 

Il n'y aurait donc de fait que 10% des auto entrepreneurs qui gagnent bien leur vie, soit :

 900.000 ( actifs déclarés) : 2 x 10% =  45.000 !!

Il faut aussi pondérer ce chiffre d'un pourcentage important mais difficile à recenser des faux auto-entrepreneurs, qui de fait sous la contrainte, ou en accord avec leur employeur sont des salariés déguisés. Cette situation, d'ailleurs scandaleuse, est de plus en plus fréquente ; il suffit, pour s'en rendre compte, de regarder autour de soi.

C'est scandaleux, parce que cela met le salarié dans une situation précaire tant au niveau de son emploi, (pas de droit au chômage) et de sa future retraite (taux de restitution bien inférieur). Sans compter que cela évite au patron de l'entreprise de payer des charges sociales, et ce que les uns ne payent pas, ce sont les autres, respectueux de la loi, qui payent à leur place.

On peut aussi prendre en compte les réclamations justifiées des artisans et des toutes petites entreprises, qui ne bénéficient pas des bonus de ce régime comme les allégements de charges et exonération de TVA ( sous certaines conditions) et qui voient là une concurrence illégale.

Alors à quoi réfléchi très prudemment le gouvernement ? A une limitation dans la durée de ce statut  et en contre partie à la mise en place d'un accompagnement technique, par exemple, par les Chambres de Commerce et d'Industrie pour aider les auto-entrepreneurs à développer réellement leur activité. Mais ce sujet est très sensible, car tout chômeur qui prend le risque de se lancer dans cette activité, est un chômeur de moins dans les statistiques !

Donc, une décision peut être pour la rentrée....

Je trouve cette attitude totalement hypocrite et dangereuse pour les candidats mal informés. Je pense qu'il faudrait d'abord  recenser et requalifier tous les "faux salariés", puis  donner une information complète aux candidats sur les risques encourus (études de marchés, de faisabilité, formation financière minimale ,etc.....). C'est pour moi la seule bonne pratique pour vraiment valoriser ce statut qui  rempliera alors parfaitement  son rôle de mise  en situation pour une vraie transition vers la création d'une véritable entreprise.       

  

   

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 00:00

imagesCADI1X31.jpgJe suis très régulièrement sollicité par des franchiseurs ou leur webmaster, pour publier des articles sur ce blog,accompagnés de leur lien commercial. En échange, ils m'offrent de faire  figurer sur leur site, le lien de mon blog. A chaque fois ma réponse est la même : OK, mais à deux  conditions :

-1-  non merci pour la publicité, car il n'est pas envisageable qu'un soupçon d'accord commercial  puisse entacher la ligne de conduite de ce blog qui est d'être totalement libre.

-2- je publierai volontiers vos articles dans leur intégralité, en me réservant le droit de dire que globalement je ne suis pas très favorable, à la Franchise. Ce sera donc  l'occasion d'ouvrir un débat argumenté. Et dans le cas où finalement convaincu par les arguments "pour", je changerai d'opinion,  je n' hésiterai pas à le dire.

Pas de chance, à chaque fois le contact s'arrête là. Il semblerait bien que personne ne veuille relever le challenge d'un débat ouvert sur le sujet et confronter des arguments au profit de tous.

A la réflexion, peut-être certains craignent de tomber dans une embuscade,alors je vais donner ma position globale sur le sujet.

Je pense que  la Franchise  sur le principe peut être une bonne solution pour créer son entreprise dans la mesure où elle apporte un soutien logistique et publicitaire. Par contre,  j'estime que le rapport  n'est vraiment pas gagnant/gagnant mais plus en faveur du franchisé.

Pourquoi?

Prenons un exemple : créateur d'entreprise, vous avez eu la chance de réussir et  vous voulez multiplier vos  implantations, vous avez  2  choix , soit prendre le risque d'investir à nouveau pour votre développement, soit faire prendre ce risque d investissement  par d'autres : les franchisés. En contre partie, vous leur faites bénéficier de votre savoir faire, de vos conditions auprès des fournisseurs, de votre impact publicitaire. 

Le deal semble donc équitable.

Où je suis plus réservé, c'est qu'il est difficle pour le futur franchisé de pouvoir vraiment apprécier si le prix payé au franchiseur est bien au niveau de ce que cela  peut lui apporter en terme de rentabilité.

Pour le franchiseur, c'est quand même beaucoup plus confortable et plus il aura de franchisés, plus sa notoriété augmentera et donc cela bénéficiera naturellement aussi  à ses propres affaires.

Donc double effet bonus, il développe son business sans investir à nouveau, et augmente son impact dans le marché, ce qui lui permet de bénéficier de meilleures conditions fournisseurs,donc de dégager de  meilleures marges.

Certes, il prend un risque en terme d'image, si certains franchisés ne sont pas bons mais il pourra toujours dans ce cas, parfois les  racheter à bon compte. 

Voilà pourquoi je ne crois pas que le deal soit gagnant/gagnant .

 Alors messieurs les Franchiseurs acceptez le challenge , ouvrons le débat en toute franchise, sur la Franchise,car il ya  aussi des franchisés qui sont très heureux d' avoir choisi cette solution.     

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 00:00

imagesCA5AZ4L8.jpgUne info donnée hier soir au journal  du 20h sur France 2 , pour autant stupéfiante quelle soit , n'a pas beaucoup mobilisé de temps d'antenne et  ne semble  pas mériter d'autres développements. Alors, nous autres chefs d'entreprises, qui allons payer dans quelques jours comme à chaque trimestre nos cotisations URSSAF, regardons celà de plus près !

L'URSSAF vient d'informer qu'elle s'était fait escroquée de:.......18 millions d'euros !! ( première estimation) et cela  depuis deux ans. J'ai d'abord vérifié qu'on était bien le 2 avril et non le 1er pour être certain que ce n'était pas une mauvaise blague du 1er avril, tellement c'est énorme.Ce qui est encore plus scandaleux, c'est qu'il a fallu  2 ans pour découvrir et mettre fin à cette escroquerie  d'une banalité affligeante.

En effet, les escrocs récupéraient les courriers adressés à l'URSSAF contenant des chèques, modifiaient le libéllé de ces chèques,en rajoutant (très facile) une ou plusieurs lettres, donc d'URSSAF  on passait à DURSSAFA, ou  DURSSAFA.com ou DURSAFFA.bat.  Ces nouveaux libellés correspondaient à des sociétés enregistrées au Régistre du Commerce en France, disposant donc d'un  N° Siret, et ayant pu ouvrir des comptes bancaires pour encaisser les chèques  volés et modifiés. Les sommes étaient ensuite virées sur des comptes à l'étranger.

Voilà une escroquerie bien lucrative !!!!

Alors une mise au point s'impose :

- ce type d'escroquerie est un cas d'école que tous les professionnels concernés connaissent, car il y a eu,  il y a une vingtaine d'années, un cas similaire  avec des chèques libéllés TRESOR PUBLIC encaissés par un escroc malin qui avait créé une société  dénommée TRESOR  PUBLICITE.

- si vous faites un chèque à l'URSSAF et que cette denière ne reçoit pas les fonds , vous avez une relance immédiate  avec une menace de majoration. Donc, il y a une première alerte. Pour prouver votre bonne foi, vous présentez votre extrait de compte prouvant que votre compte a bien été débité. Deuxième alerte.

- il y a donc suspicion d'erreur  ou de chèque volé et falsifié. Que doit faire votre banque ? Par le biais de la compensation inter bancaire, elle demande à la banque qui a encaissé le dit chèque une copie de ce chèque. Cela est d'autant plus facile que les comptes étaient ouverts dans des banques françaises. Le délai moyen de ce type de recherche est d'environ un mois. L'escroquerie apparait donc immédiatement.

- que dire des banques qui ont ouverts des comptes à ces sociétés dont les seuls mouvements de comptes étaient des encaissements de chèques, suivi de virement à l'étranger. Il est de la responsabilité du banquier teneur de compte de vérifier la correspondance entre les mouvements du compte  et  la réalité de l'activité de l'entreprise cliente qu'il a l'obligation de bien connaître. 

Alors que l'on nous explique pourquoi il a fallu attendre  2 ans et se faire voler 18 millions d'euros, pour découvrir et mettre fin cette escroquerie !!!!     

 

               

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 00:00

imagesCAMWFTYP.jpgC'est plus exactement son fondateur Xaviel Niel, qui bouscule comme à son habitude et comme il sait très bien le faire tout ce qui est ( trop) bien établi.

En effet il s'attaque à un diplodocus qui a bien souvent avalé des ministres de l'Education Nationale récemment promus, trop sincères ou trop naïfs, qui voulaient tenter de les réformer :  nos Universités.

Il part  du constat que la France 5e puissance mondiale, ne se situe qu' à la 20e place des puissances numériques, et que c'est un énorme handicap pour notre compétitivité.

Pour lui, la cause est l'inadaptation de notre enseignement dans ce domaine. Alors comme il ne brigue pas,apparemment de poste ministériel, il  agit en entrepreneur et  il crée sa propre école !

Le concept  est vraiment innovant : une école gratuite,qui ne demande aucun niveau scolaire habituellement  requis (BAC, master,etc...),elle est  donc ouverte à tous, de l'étudiant en informatique Bac + 5 au hacker Bac - 5, confirmé ou débutant..

Son objectif est de recruter 1000 candidats, à partir d'une présélection de  4000 qui se fera sur internet sous forme de jeux et de questions. En plus de l'aptitude au numérique, la motivation sera aussi certainement un critère sélectif. Ces étudiants suivront ensuite  sur une durée de 3  à 5 ans une formation spécialisée dans la programmation qui pourra leur ouvrir de nombreuses portes dans tous les métiers de l'informatique.

Si ce n'était pas Xaviel Niel, et si ce n'était quelqu'un qui dispose d'une fortune personnelle conséquente pour autofinancer cette école, on pourrait penser que cela est complètement utopique. Et bien, ce ne sera pas le cas , les locaux sont déjà ouverts dans le 17e à Paris et les cours vont commencer en Novembre.

Xavier Niel lance la machine, avec les moyens qu'il faut, il souhaite simplement que le succès venant, le relais du financement soit pris ensuite par d'autres entreprises.

Que cette formidable initiative fait du bien, dans le climat morose actuel, et elle vient d'un chef d'entreprise, qui reste en France  et  investi une partie de ce qu'il  a gagné dans notre pays pour contribuer à son développement.

Alors futurs candidats, allez tous tenter votre chance en vous inscrivant  sur le site: www.42.fr. ......Born to code ?

Je suis curieux de savoir  combien de temps les médias nationaux vont consacrer à cette information, et il sera intéressant de le comparer à celui qui a été consacré à Gérard Depardieu.

Mais je crois que nous connaissons déjà  tous la réponse. Alors faisons le buzz , autour de cette initiative, c'est la moindre des choses que nous puissions faire ! 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 00:00

thumbthumb

 

                       

   http://the-g-day.fr    

 

 

la billeterie est ouverte sur Facebook : 5€ l'accès au salon et une coupe de champagne est offerte à l'entrée !

 

 

 

                       Souhaitons une pleine réussite à ces entrepreneurs qui osent

                                                   DSC02457

 

 

                 

 

 

 

Repost 0
Published by le banquier entrepreneur - dans Economie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • Le blog de creer-gerer-une-entreprise
  • : répondre gratuitement aux questions que se posent les nouveaux créateurs d'entreprises pour les aider dans leur activité
  • Contact

Profil

  • le banquier entrepreneur
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant  d'une belle PME,  ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre 
pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs  et dirigeants d'entreprises .
  • banquier à la retraite depuis peu , devenu gérant d'une belle PME, ayant la double expérience de la vie de l'entreprise, et encore du temps libre pour apporter gratuitement des réponses aux créateurs et dirigeants d'entreprises .

Recherche